S

’il est une relation complexe, c’est bien celle que chaque individu entretient avec l’argent. Et si celle-ci est individuelle et en partie transmise par les parents, elle n’en reste pas moins également générationnelle.


Afin d'en savoir plus sur la relation qu’entretient la nouvelle génération avec l’argent, nous sommes allés interroger les 10-15 ans sur leurs aspirations en réalisant une étude avec Ipsos.


Et bien que cette nouvelle génération nous ait habitués à se construire en opposition aux générations précédentes, ce n’est pas toujours le cas. En effet, de prime abord on pourrait penser qu’elle se détache de l’argent et aspire à d’autres vecteurs de confort et de bonheur, pourtant c'est tout le contraire. Encore une fois, les 10-15 ans nous réservent bien des surprises !


  • Pour vivre heureux, vivons aisés
  • Pour les jeunes, l’argent c’est dans la poche
  • De nouveaux challenges à relever

Pour vivre heureux, vivons aisés 

Dans un premier temps, il est important de poser le constat suivant : 42 % des 10-15 ans placent la pauvreté comme leur deuxième préoccupation la plus importante, juste après le changement climatique. 


Il s’agit là d’un premier indicateur de la place de l’argent pour les adolescents, car s’il est commun de dire “l’argent ne fait pas le bonheur”, il continue de faire partie des principales sources de préoccupation des individus, et la nouvelle génération n’en est pas exempte. 

De plus, à la question « Plus tard tu aimerais… ? », presque les trois quarts d’entre eux ont répondu « Gagner beaucoup d’argent » contre 26 % qui ont répondu  « Gagner juste ce qu’il faut pour vivre ».
Alors l’argent, essentiel ou inutile pour être heureux ? La réponse semble claire pour les adolescents, puisque 1 % des 10-15 ans n’estiment pas l’argent essentiel à leur bonheur alors que la grande majorité d’entre eux le considère comme important et 1⁄3 l’estiment comme une condition essentielle. 


Cependant, même si les 10-15 ans veulent de l’argent, ils n’aspirent pas à devenir de nouveaux millionnaires pratiquant une consommation ostentatoire. S’ils avaient beaucoup d’argent, plus de la moitié d’entre eux le partageraient avec leur famille ou avec leurs amis proches. De plus, ils ne compteraient pas le dépenser rapidement et semblent plutôt avoir une vision à long terme, puisque 52 % souhaitent le placer — dans un achat immobilier ou dans une entreprise — et 42 % le mettraient de côté dans une banque par exemple. 


Pour les jeunes, l’argent c’est dans la poche 

Lorsque l’on s’intéresse à la place de l’argent dans la famille on note certaines évolutions. 


Dans un premier temps, il semblerait que les parents en France tendent à donner de plus en plus d’argent de poche à leurs enfants.

En effet, quand on interroge les 10-15 ans à ce sujet, 79 % indiquent qu’ils reçoivent de l’argent de poche, autant parmi les 10-12 ans (79 %) que parmi les 13-15 ans (80 %). 

Et cette démocratisation de l’argent de poche s’est accélérée ces dernières années avec 29 % d’entre eux qui en reçoivent régulièrement contre 2 enfants sur 10 qui n’en reçoivent pas du tout. Finalement, l’argent de poche serait-il un nouveau passage obligatoire vers l’adolescence ? 


Dans un second temps, on note une évolution quant aux conversations en famille à propos de l’argent ; sujet tabou dans les foyers français. Il semblerait que les langues se délient petit à petit et que cela soit important pour les 10-15 ans.
En effet, 79% des adolescents interrogés estiment qu’ils en parlent “juste comme il faut”, c’est-à-dire ni trop ni pas assez. Autrement dit, seul 1 enfant sur 5 estime que la place accordée à l’argent dans sa famille est trop importante ou pas assez.


Et si l’on pouvait se douter de ces évolutions quant à l’argent, une nouvelle tendance se dessine dans sa gestion, avec plus de la moitié de ceux qui reçoivent de l’argent de poche possédant leur propre compte et/ou une carte bancaire. 

Autre chiffre intéressant, seul 1 enfant sur 5 ne souhaite pas en avoir et préfère payer en liquide. 

Bien sûr cette tendance à la bancarisation des ados n’est pas encore universelle, on note d’ailleurs que les jeunes d’île de France sont majoritairement ceux qui possèdent ces nouveaux outils.


De nouveaux challenges à relever 

La relation entretenue par les 10-15 ans ne fait que confirmer les convictions de Kard et ce que nous constatons chez les ados depuis notre lancement il y a 2 ans : ils se responsabilisent très jeunes, tout en demeurant attachés aux valeurs transmises par leurs parents, et cela même dans un contexte où le numérique transforme leur quotidien. 


On ne peut que constater que le rapport qu’ils entretiennent avec l’argent est sans tabou et pragmatique. Ce à quoi Kard tente de répondre en les accompagnant dans leur éducation financière, de manière concrète et ludique avec des outils contemporains. 

En effet, si parmi leurs principales préoccupations on retrouve la pauvreté et que l’on note une démocratisation de l’argent de poche, il est primordial de leur donner toutes les clés afin de relever les challenges liés aux différentes étapes de la vie et se construire comme ils l’entendent. 


Parents
Publié le
12/8/2021
 dans la catégorie
Parents

Plus d'articles  

Parents

VOIR PLUS